Réparation et Rénovation

Un ouvrage sinistré ?

Nous vous apportons l’analyse technique et vous conseillons sur les solutions à mettre en œuvre.

Fondations & Superstructures

Une maison fissurée suite à un mouvement de sol (sécheresse, sols compressibles, malfaçons), un dallage affaissé, un bâtiment incendié, une structure à relever ou à renforcer, un glissement de terrain…

TEMSOL diagnostique, préconise et déploie les techniques et les procédés de confortement adaptés à votre problème.

Les principales raisons qui motivent une reprise en sous œuvre sont : 

  • Une mauvaise adaptation au sol des fondations (problème constructif) 
  • Une modification des propriétés du sol après construction (suite à une sécheresse, une inondation…). 
  • Une modification de l’ouvrage ou de son environnement proche (construction d’un mitoyen, modifications entrînant des surcharges ponctuelles…). 

Les travaux d’adaptation des fondations (Micropieux, Injection, plot ou longrine BA…) sont souvent complétés par une réparation et/ou une amélioration de la superstructure (rigidification de structure, traitement de fissures…).

Fort d’une expérience de plusieurs décennies, TEMSOL dispose d’un large éventail de techniques répondant à la plupart des sinistres.

Visites préalables, diagnostics, travaux de réparation, TEMSOL applique avec rigueur des procédures d’exécution et de contrôle éprouvées. Grâce à un personnel qualifié et un matériel sans cesse adapté aux besoins des chantiers, nous pouvons intervenir en site habité avec la volonté de préserver au maximum l’ouvrage et son environnement.

Notre filiale COREN peut réaliser les travaux de second oeuvre et finition.

La technicité et la maîtrise des méthodes de réparation ont permis à TEMSOL d’obtenir l’agrément des principaux assureurs intervenant dans la prise en charge des sinistres.

TEMSOL réalise chaque année environ 1000 chantiers de reprise en sous œuvre et de confortement sur des ouvrages de toute nature :

  • logements individuels
  • immeubles de logements collectifs
  • bâtiments industriels
  • soutènements
  • monuments historiques
  • bassins….

Nos Solutions

Reprise en sous-oeuvre

Les ouvrages BA en sous-œuvre sont les longrine BA, les massifs BA en tête de micropieux, plots béton et voile béton. Ces ouvrages sont constitués de Béton Armé et généralement exécutés sous la fondation existante. 

Les ouvrages BA en sous-œuvre permettent de : 

  • Approfondir le niveau d’assise de l’ouvrage
  • Améliorer la rigidité de l’ouvrage
  • Liaisonner des fondations spéciales type micropieux à l’ouvrage existant. 

En reprise en sous-œuvre, dans le cas d’ouvrages linéaires (longrines BA, voiles béton), les prestations doivent être réalisées par passes alternées (méthode dite aussi en « touches de piano »).

En savoir plus

Le micropieu est la fondation spéciale « tout terrain » :

  • Il peut être foré au travers de tous types de matériaux (blocs, sols lâches, substratum rocheux…)
  • Il peut être réalisé par du matériel d’encombrement réduit dans le cas d’accès difficile ou de zones de travail exiguës.

Il s’agit d’un forage de diamètre maximal de 300 mm, équipé d’un tube armature et rempli de coulis de ciment.

Le micropieu travaille au frottement latéral avec le sol et n’est donc pas nécessairement ancré au sein du substratum rocheux. De ce fait, le micropieu peut aussi bien reprendre des charges de compression que de traction. Sa géométrie (longueur et diamètre) dépend de la nature du sol et des charges à reprendre.

En savoir plus

Les injections consistent à faire pénétrer sous pression dans les vides du sol un produit liquide qui se solidifie dans le temps. Les produits injectés sont généralement des coulis de ciment ou des résines mais aussi des coulis à base de silicate (gels minéraux).

Les injections sont particulièrement adaptées aux sols pulvérulents.

Le but recherché peut être : 

  • le comblement de vides 
  • la consolisation
  • le relevage de structure (dallage…)
  • l’étanchement du sol 

Le choix du produit à injecter varie selon la nature et les caractéristiques physiques ou mécaniques du sol à traiter. Lorsque le procédé est applicable, les interventions sont généralement courtes et sans trouble pour l’ouvrage et son environnement. Dans certaines configurations, les injections permettent le relevage des structures.

En savoir plus

Le relevage consiste à remettre de niveau une structure qui a subi un tassement. Le relevage peut se faire par vérinage mécanique dans le cas de charges modérées (dallage par exemple) ou hydraulique dans le cas de charges plus importantes (structures porteuses). Dans certains cas, le relevage peut se faire par injection de résine expansive.

Relevage mécanique de dallage : Cette méthode est utilisée dans le cadre de relevage de « faibles » charges (exemple un dallage).

Relevage hydraulique de structure porteuse : Pour relever des charges plus importante (exemple structure porteuse), on utilise des vérins hydrauliques. Plusieurs vérins peuvent être commandés simultanément grâce à une centrale de pilotage hydraulique.

Relevage par injection de résine expansive : Dans certains cas spécifiques, le relevage peut se faire par injection de résine expansive.

En savoir plus

Confortement de superstructure

Le but est de recréer les continuités et de redonner de l’inertie aux maçonnnerie fragilisées par la fissuration. Les fissures sont matées et agrafées avec un mortier à retrait compensé.

Le traitement de fissures ne pouvant pas toujours garantir à lui seul la stabilité de l’ouvrage, en fonction des causes du sinistre, il conviendra éventuellement d’envisager des travaux de confortement (reprise en sous-œuvre, rigidification de structure…).

En savoir plus

Ces ouvrages permettent de rigidifier une structure en reprenant les efforts verticaux et/ou horizontaux qu’elle supporte. 

La rigidification d’un ouvrage peut être par exemple nécessaire : 

  • dans le cadre d’une mise aux normes parasismiques
  • pour compenser des poussées de charpente sur les murs porteurs
  • pour compenser des poussées latérales sur un mur de soutènement
  • d’une manière générale, en l’absence de rigidité pour les ouvrages anciens

Le renforcement d’une structure peut être nécessaire :

  • Suite à un sinistre ayant dégradé la structure de l’ouvrage (incendie…),
  • Dans le cadre d’une restructuration de l’ouvrage engendrant des efforts supplémentaires et/ou des modification de la structure existante.

Plusieurs techniques sont alors disponibles :

  • Les renforcements en béton armé,
  • Les renforcements métalliques,
  • Les renforcements carbone.

La technique traditionnelle du Béton Armé permet le renfort de planchers béton ou autres structures à coût modéré. La mise en œuvre est cependant plus lourde et les éléments créés sont plus « encombrants » comparés à la technique du plat carbone.

Les plats Carbone, grâce à une limite élastique très élevée et donc une reprise d’efforts importante pour une faible section, permettent de renforcer des structures sans encombrement (type perte de hauteur utile). Une fois la structure décapée, la mise en œuvre est rapide et génère peu de nuisances.

Les renforcements métalliques permettent des reprises d’efforts importants et une mise en œuvre rapide. Ils sont souvent utilisés dans les phases provisoires de chantier.

C’est une technique de mise en oeuvre du béton sur un surface par projection.

La projection se fait à distance de l’ouvrage et ne nécessite pas la mise en place préalable d’un coffrage.

Confortement de talus

Les tirants et clous d’ancrage sont des ouvrages généralement destinés à reprendre des efforts horizontaux. Les tirants et clous d’ancrage sont utilisés pour assurer la stabilité des parois.

En savoir plus

C’est une technique de mise en oeuvre du béton sur un surface par projection.

La projection se fait à distance de l’ouvrage et ne nécessite pas la mise en place préalable d’un coffrage.

Les parois berlinoises sont constituées de profilés métalliques mis en place dans le sol à intervalles réguliers par forage, ou par battage.

Le terrassement se fait ensuite par phases successives simultanément à la mise en place d’un blindage entre les profilés. Le blindage est généralement en bois pour les ouvrages provisoires et en béton armé pour les ouvrages définitifs.

Ouvrage de protection

La géomembrane est une des techniques utilisées dans le cas de sols sensibles aux variations hydriques.

Dans les sols homogènes, sur terrain plat, la technique de la géomembrane permet d’isoler le sol de fondations des variations de teneur en eau (pluies / sécheresses) en limitant les infiltrations et les évaporations.

Le sol de fondation garde ainsi une teneur en eau « constante » et n’est plus sujet aux phénomènes de retrait / gonflement et donc aux tassements différentiels.

En présence d’arbres à proximité, il convient de procéder à la mise en oeuvre d’écran anti racine.

En pratique, cette protection hydrique limite fortement, les circulations d’eau entre le volume de sol piégé et l’extérieur. Des échanges persistent néanmoins et en particulier par le fond de la « boîte ».

Des circulations d’eau très lentes vont se poursuivre (à une vitesse de quelques décimètres/an) jusqu’à obtenir une teneur en eau homogène (le processus peut prendre plusieurs années).

En savoir plus

Quelques réalisations

Reprise en sous oeuvre par micropieux dans la Vienne (86)

Reprise en sous oeuvre par micropieux dans le Puy de Dôme (63).

Reprise en sous-oeuvre par micropieux en intérieur dans l’Indre (36).

Reprise en sous oeuvre par micropieux dans le Vaucluse (84).

Reprise en sous-oeuvre par micropieux d’un dallage à Bordeaux (33).

Fissures traitées par matage et agrafage suite à un sinistre sécheresse.

Réalisation de tirants d’ancrage suite à un glissement de terrain à Brens (81)

Nous Contacter

Notre réseau d'agences...

05 56 34 90 28

contact@temsol.com